Carrière et vie de famille brisées - Thomas Galli

Mon blogue

Carrière et vie de famille brisées

Carrière et vie de famille brisées - Thomas Galli

Ma femme part en voyage pour Paris. Elle va y passer deux ou trois semaines. En fait, notre fille travaille là-bas. Moi, comme à l’accoutumée, je ne trouve jamais le temps pour rendre visite à mes proches. Mon épouse me le reproche assez souvent. Pour ce voyage à Paris, elle me dit qu’elle est tellement déçue, parce que je ferais passer le travail avant la famille.

Ça aurait pu être un conte de fées

J’ai rencontré ma femme lorsque j’étais aux études. Nous étions très proches. La réalité est toujours la même, si je ne m’abuse. En tout cas, cela a suffi pour nous rapprocher. S’étant épris l’un de l’autre, on s’est fiancé, puis marié quelques années plus tard. Mon épouse avait décroché un Bac en droit humanitaire. Après avoir frappé à plusieurs portes, elle a finalement trouvé un poste dans une entreprise importante. Elle débutait alors comme simple secrétaire.

Le début de la descente aux enfers

Un jour, elle a rencontré dans les rues de Manhattan un homme que nous connaissons parfaitement. Lui aussi est originaire de Montréal et avait fait ses études à Paris. Ce crâne d’œuf avait fini major de la promotion, ce qui a suscité la jalousie des petits bourgeois parisiens. Mais qu’importe ! C’est cet ami qui a présenté mon épouse à différentes personnalités. La voilà, quelques mois plus tard, devenue vice-consul du Canada à Paris. Mais le bonheur aura été de très courte durée. Au moment où elle prend son poste, ma femme a 50 ans. Au consulat, un jour, elle ne reconnaît plus aucun de ses collègues. Ses mémoires lui reviennent par intermittence, mais le diagnostic de son médecin était formel : elle est atteinte d’Alzheimer et les symptômes laissent croire à une démence précoce. Elle a dû revenir à Montréal.

Ma fille est-elle à l’abri ?

Quand elle apprend que notre fille a décroché un poste à l’ambassade du Canada dans la ville-lumière, mon épouse n’a de cesse de me demander de la laisser y aller. Je lui ai promis qu’on irait ensemble. Mais au dernier moment, j’ai prétexté que je devais trouver un entrepreneur pour effectuer les travaux de remplacement toiture Vaudreuil-Dorion. En fait, depuis que la démence précoce a été diagnostiquée, je ne voulais plus penser à Paris ou à la France en général. Et j’étais mort d’inquiétude à propos de ma fille. Je me suis renseigné auprès d’une amie neurologue sur la probabilité que cela arrive aussi à ma fille. Et le jour où ma femme prend l’avion, accompagnée d’une infirmière, j’ai justement rendez-vous avec ce médecin. Je sens que les problèmes ne font que commencer dans le pire des cas…