Des vacances différentes - Thomas Galli

Mon blogue

Des vacances différentes

Des vacances différentes - Thomas Galli

Ma blonde et moi travaillons énormément toute l’année, mais les vacances sont sacrées. Nous nous arrangeons toujours pour les prendre en même temps, trois semaines à la fois. Nous ne sommes pas vraiment du genre grand hôtel de luxe, la preuve étant que nous nous sommes rencontrés dans un terrain de camping.

Au fil des années, nous nous sommes équipés en matériel de camping. Au début, il s’agissait d’une simple tente, nous dormions à même le sol et réchauffions des boîtes de conserve sur un feu de bois. Préparer le feu nous prenait une bonne partie de la journée, entre le ramassage du bois et l’allumage de celui-ci, qui pouvait prendre facilement deux bonnes heures. Puis, nous nous sommes, petit à petit, équipés comme des pros. Tente à trois pièces, auvent, coin cuisine avec réchaud à gaz, et même une collection de lampes solaires, ainsi qu’une douche solaire. Nous pouvons être complètement autonomes, et nous éloigner des terrains de camping, nous arrêter, là où l’envie nous prend. La liberté.

Après douze ans de telles vacances, même en était super-équipés comme nous le sommes, nous commençons à nous fatiguer un peu, et aspirons maintenant à un peu plus de confort, mais tout en gardant l’indépendance que nous offre le camping. Après avoir vu une publicité internet pour des minibus transformés en camping-car, nous avons opté pour cette option pour nos prochaines vacances. Le minibus est entièrement équipé, et en fait, assez spacieux. Tout à l’intérieur est agencé de manière très pratique, tous les petits recoins sont optimisés, et le confort est optimal. C’est une véritable maison sur roues, il y a même un purificateur d’eau, nous pourrons donc nous arrêter n’importe où, auprès de n’importe quel point d’eau, et y rester aussi longtemps que nous le voudrons.

Nous en sommes maintenant à l’étape du choix de la destination. Nathalie préfère la montagne et moi, je préfère une tournée des lacs, et en profiter pour pêcher. Un des nombreux avantages de mon idée, que j’utilise pour convaincre Nathalie, c’est que je pourrai pêcher nos repas. Vu mon manque de succès notoire à cette activité, Nathalie est plutôt dubitative, entre deux crises de rire.

Il ne nous reste maintenant qu’à trouver la destination, les négociations sont en cours, mais nous avons encore deux mois avant le grand départ, et je suis sûr que nous allons trouver un arrangement qui nous plaira autant à tous les deux.